08 août 1916

08 08

Un enjeu stratégique sur le grand champ de bataille de Verdun est le tunnel de Tavannes.

Tunnel de tavannes

Le tunnel de Tavannes est un ouvrage ferroviaire, creusé de 1870 à 1874 sur le trajet de la voie ferrée Verdun-Metz, et qui relie la vallée de la Meuse à la plaine de la Woëvre, en passant sous la crête des Hauts de Meuse. À la suite de la défaite de 1871 et de l’annexion de la ville de Metz, il devient un éléments stratégique de premier ordre qui s’intègre dans le système défensif Séré de Rivières et qui ne doit surtout pas tomber intact entre les mains de l’ennemi. À cette occasion, la sortie orientale est organisée défensivement et trois groupes de fourneaux de mine sont chargés pour parer à toute éventualité. Dans les projets d’aménagement, il était question de creuser une galerie de 375 mètres de longueur, reliant le tunnel au fort de Tavannes, mais cet ouvrage n’a jamais été réalisé.

Il est utilisé pendant la Première Guerre mondiale comme hébergement, dépôt de matériel et de munitions pour l’armée.
Long de 1 400 mètres, le tunnel de Tavannes assure la liaison entre le fort de Tavannes et les forts de Saint-Michel et de Belleville. Il permet, en outre, les approvisionnements à partir de Verdun. Il sert de quartier général, de cantonnement, d’hôpital de campagne et d’abri pour les soldats, lors des bombardements. Il peut accueillir l’effectif de tout un régiment. Des rangées de couchettes sur trois hauteurs y sont aménagées, sur plus de 100 mètres. Les installations sanitaires demeurent primitives, et, la ventilation dont la cheminée a été obturée à cause des gaz de combat, demeure très insuffisante pour le nombre d’hommes qui y séjournent. Combattants et animaux circulent dans une atmosphère pestilentielle, pataugeant dans les déjections qui ruissellent le long du tunnel et qui exhalent une odeur nauséabonde.

Très rapidement l’ouvrage se trouve à proximité des premières lignes et devient la cible de tirs d’artillerie soutenus. Au mois d’août 1916, les Allemands s’approchent très près de l’entrée est, lors de la poussée sur le bois et l’ouvrage de La Laufée, s’emparant même du PC aménagé dans l’ancienne batterie 4781, mais ils sont énergiquement repoussés. C’est aussi à partir de ce tunnel que de nombreuses troupes montent en ligne pour se rendre sur le front du bois Fumin et du fort de Vaux.

Tt

C'est ce tunnel qui, le 04 septembre 1916, verra un épisode dramatique de Verdun : Le 4 septembre 1916, à 21 h 15, une grenade explose à l’intérieur du tunnel, déclenchant une série d’explosions en chaîne parmi les munitions stockées en grandes quantités sur toute la longueur de l’ouvrage. Plus de 500 hommes des 18e, 24e, 367e et 369e régiments d’infanterie et du 4e génie (Grenoble) trouvent la mort dans l’accident.

 

Insigne regimentaire du 43e regiment d infanterie coloniale

Le 43ème Colonial (RIC = Régiment d'Infanterie Coloniale) est, à la mobilisation, le régiment de réserve du 23ème RIC. Après de multiples transformations, il deviendra le 43ème Bataillon d'infanterie de marine (BIMA) et sera finalement dissous en 2009. Pour la petite histoire signalons que ce régiment dans son histoire complexe avait été recréé en Allemagne en 1960 sous le nom de 43ème Régiment blindé d’infanterie de Marine et qu'un certain Jean-Philippe Smet, alias Johnny Halliday, y fera son service militaire en 1965-66.