16 et 17 mars 1916

Un régiment qui se retrouve à l'arrière, cela ne signifie pas un régiment inactif. Un travail énorme dans le secteur de Verdun, puisque la guerre s'est mécanisée, c'est de maintenir les routes en état, et il y a besoin de nombreux bras en ce domaine, d'autant plus que les conditions météo en ce mois de mars 1916 sont très mauvaises. Il y a également un travail d'aménagement au niveau des campements qui se multiplient avec l'arrivée de nombreux régiments : il faut des abris anti obus car c'est l'autre réalité révélée par ces journées : on ne meurt pas qu'en première ligne. Les camps sont à portée de tir des canons ennemis et les canons de 105 allemands visent aussi ces camps de l'arrière. Le 16 mars va se révéler le plus meurtrier depuis que le 30ème est dans le secteur de Verdun avec 30 pertes dont 10 tués.

 

03 16

03 17

La carte des positions le 16 mars avec, au centre, le "saillant" de Verdun. Dans le rectangle orange, la 28ème DI composée de la 55ème et de la 56ème Brigades d'Infanterie ; le 30ème appartenant à cette dernière.

Un face à face (Français en bleu, Anglais en orange et Belges en vert d'un côté, et, de l'autre, Allemands et alliés en rouge) qui, vu du ciel, à des allures d'une grande muraille de l'Est, de la mer du Nord à la frontière avec la Suisse.

 

16 mars

 

16 mars 2