L'Hôtel de Ville

Inauguration du lutrin, le 19 septembre à 11 heures.

 

Mairie 1

Plus de 7 siècles de vie communale

La vie municipale moûtiéraine a des racines très anciennes. Dans un texte de 1278, l’archevêque concède aux citoyens de Moûtiers des franchises économiques. L’on y trouve mentionné un groupe de dix citoyens dont deux qui sont plus explicitement désignés. On peut voir là le premier embryon connu d’un conseil de commune avec deux prédécesseurs des syndics, eux-mêmes ancêtres des maires et adjoints.   Dès le 15ème siècle, les termes de « syndics » et de « conseil de commune »  deviendront usuels dans les textes. Ce conseil se réunira d’abord dans l’ancien hospice Saint-Antoine, au bas de la Grande-Rue. Puis de 1820 à 1913, la mairie sera installée rue Sainte-Marie, avant d’occuper l’ancien archevêché de 1913 à 1934.

Psautier

Dans le Trésor de la Cathédrale, le psautier (manuscrit sur velin) de saint Pierre III de Tarentaise qui a accordé aux citoyens de Moûtiers leurs franchises.

L’Hôtel de Ville de Moûtiers

Les conséquences de la loi de Séparation des Églises et de l’État de 1905 ont fait que l’État a attribué à la ville de Moûtiers l’archevêché et le grand-séminaire. En 1931, Mgr Terrier, évêque de Tarentaise, décide de racheter à la commune ces deux bâtiments et leurs dépendances. La commune accepte de négocier. Elle confie à Roger Pétriaux, architecte départemental, le soin de dresser le devis d’un Hôtel de Ville avec Salle des Fêtes et une salle de gymnastique. Le coût de réalisation s’élevant à 1 350 000 francs, la commune vend à une société immobilière représentant le diocèse les bâtiments sollicités pour le prix de la réalisation moins les subventions pouvant être obtenues, soit un prix de vente de 1 082 500 francs. Roger Pétriaux est un architecte reconnu dans notre région. Parmi ses réalisations l’on peut citer le théâtre de Saint-Jean de Maurienne (1930), l’ancien bâtiment des Archives départementales à Chambéry (1936) et surtout l’extension des thermes d’Aix-les-Bains ainsi que le café restaurant la Rotonde dans le parc thermal (1933).  Par son style, l’Hôtel de Ville de Moûtiers entre dans le style des Années 30 dit « Mouvement moderne » qui se caractérise avant tout par une grande simplicité obtenue grâce à une géométrie rigoureuse en rupture avec le style Beaux-Arts du 19ème siècle. L’espace dégagé par la démolition de l’ancienne Sous-Préfecture (voir le lutrin à l’ouest du parc) a permis la création du parc, lui aussi aux lignes géométriques rigoureuses, qui met bien en valeur la façade principale du « groupe municipal ». C’est l’entreprise Delachanal et Rivier qui a construit le bâtiment. A la même époque cette entreprise réalise, à Grenoble, le groupe Gambetta qui témoigne lui aussi du style architectural de la période avec l’utilisation du béton armé et des décors en ciment moulé en façade. L’installation de la fontaine sculptée de Jean-Baptiste Larivée en 1952 est  en parfaite cohérence avec l’architecture puisque c’est une œuvre significative de l’Art Déco.

Mairie annees 30

Fontaine copie

D’étranges personnages pour une fontaine

Le faune est une divinité champêtre, à l’image du dieu grec Pan avec un corps velu, des oreilles pointues et des cornes et pieds de bouc. La naïade étant une divinité féminine des rivières et des sources. Cette sculpture a été réalisée par Jean-Baptiste Larrivé. Avant de rejoindre Moûtiers, elle avait été présentée dans le pavillon de Lyon et de Saint Etienne à l’exposition des arts décoratifs de Paris en 1925. Attendue depuis 1911 par la Société des Artistes Décorateurs, cette exposition fut reportée de dix ans à cause de la Grande guerre. Elle a laissé son nom – du moins une contraction de ce dernier – à un style décoratif majeur du 20ème siècle : l’Art Déco. Cette sculpture fut placée sur le Square de la Liberté de 1927 à 1952 avant de rejoindre ce Parc.

Conseil municipal 1935

Le conseil municipal devant le nouvel Hôtel de Ville en 1935

Le maire qui fut à l'initiative du nouvel Hôtel-de-Ville est Gabriel DONNET.

 

Gabriel Donnet est né à Genève en 1870. Son grand-père avait ouvert à Moûtiers une brasserie qui fonctionnera jusqu’à la 1ère Guerre mondiale. L’entreprise familiale se poursuivra par la vente de vins et autres boissons.

Gabriel Donnet va marquer la vie municipale moûtiéraine durant la première moitié du 20ème siècle. Il est élu en 1904 (son père l’avait précédé au Conseil pendant 26 ans, de 1878 à 1904). Il siègera pendant plus de 40 ans, sans discontinuité, exerçant plusieurs mandats de maire (pendant près de 27 ans). Gabriel Donnet sera également Conseiller général du canton de Moûtiers de 1919 à 1931. Avec le sénateur Émile Machet, maire et Conseiller général de Bozel, il sera à l’origine de l’association des maires de l’ancien arrondissement de Moûtiers. Proche d’Antoine Borrel, il partagea avec celui-ci de nombreuses convictions. L’activité professionnelle de Gabriel Donnet l’amènera à siéger à la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Savoie dont il sera Vice-Président de 1928 à 1943.

La liste des réalisations effectuées pendant les 27 ans de mandat de maire de Gabriel Donnet est longue. On peut noter qu’il eut l’initiative de la construction de l’actuel Hôtel-de-Ville qu’il devait inaugurer le 24 juin 1934. Gabriel Donnet est décédé le 16 novembre 1944, deux mois après avoir été nommé au nouveau Conseil municipal par le Comité National de la Libération, secteur de Haute-Tarentaise. Gabriel Donnet était chevalier de la Légion d’Honneur.

Img001