La Maison de la Coopération intercommunale

Un projet grandiose

Les élus moûtiérains, après la réunion de la Savoie à la France, avaient espéré avoir suffisamment d’aides financières de l’État pour construire un vaste bâtiment, à la fois Hôtel de Ville et Palais de Justice. Le plus beau projet est celui de l'architecte Denarié, qui imagine un bâtiment de style néoclassique de vastes dimensions. L'entrée de l'hôtel de ville se serait trouvée à l'ouest, côté place des Victoires, l'entrée du palais de justice étant au nord, du côté du quai. Les plans de Denarié, conservés aux archives communales, nous montrent un projet ambitieux.

Le rez-de-chaussée devait comprendre, côté hôtel de ville, un portique précédé d'un escalier extérieur avec trois ouvertures en arcades, puis un vestibule de vastes dimensions se prolongeant par un escalier monumental donnant accès à l'étage. De part et d'autre du vestibule et de l'escalier, on avait projeté la conciergerie, un dépôt, les bureaux du commissaire de police, de la caisse d'épargne et de la recette municipale. Au sud, trois pièces devaient être dévolues à la justice de paix, un bureau à l'état-major des pompiers, et une salle à la musique des pompiers. Côté palais de justice, les escaliers extérieurs permettaient d'accéder à la salle des pas perdus, venaient ensuite une conciergerie et les deux bureaux du greffe. La grande salle du tribunal était entourée de couloirs permettant d'accéder à diverses salles : pour les témoins, le bureau du juge d'instruction, la salle des délibérations, le cabinet du président et à la salle pour les avocats et avoués.

Le premier étage, côté hôtel de ville, était composé, à l'ouest, de trois vastes salles donnant sur la place des Victoires, éclairées par de grandes baies. Au centre, la salle des réceptions ; au nord, la salle des délibérations; et, au sud, le cabinet du maire. Le long de l'Isère, l'on trouvait les bureaux de l'état civil, des adjoints et deux salles pour les archives communales. Côté sud, on devait trouver trois bureaux pour le secrétariat de la mairie et une pièce pour les archives de la justice de paix. Du côté du palais de justice, la salle des pas perdus et la grande salle du tribunal avaient un volume occupant les deux étages. Au-dessus de la conciergerie l'on avait une chambre qui était l'appartement privé du concierge et, au-dessus du greffe, une pièce pour les archives de celui-ci. L'escalier intérieur permettait d'accéder à trois bureaux.

Ajoutons que le projet comprenait, au centre du bâtiment, une vaste cour intérieure couverte, et que la façade ouest de l'hôtel de ville devait comprendre, aux extrémités du balcon ouvrant par trois vastes baies sur la salle des réceptions, deux niches logeant des statues surmontées d'inscriptions. Le tout accueillait enfin une horloge publique et un clocheton dans lequel aurait sans doute été placée la cloche communale chargée de sonner le tocsin. C'était un projet monumental disant bien l'ambition des élus d'alors, qui voulaient donner à leur cité une maison digne du rôle qu'elle avait joué au cours de l'histoire. C'était un peu trop compter sur la bienveillance des finances de l'État.

File0043

Le projet : façade ouest, face à la Place des Victoires

 

File0044

Le projet : façade nord, le long du quai.

Une réalisation plus modeste

Il va falloir attendre 1874 pour qu’un bâtiment voie le jour. Il est d’une belle facture néoclassique mais il ne peut abriter que le Palais de Justice, les moûtiérains devant se contenter de leur vieille Mairie plus à l’est dans la rue Sainte-Marie. A cette époque le Palais de Justice de Moûtiers abrite un Tribunal de Première Instance (car Moûtiers est alors chef-lieu d’arrondissement) et une Justice de Paix. En 1944, le Tribunal de Première Instance cessera son activité en laissant place à un Tribunal d’Instance.  Celui-ci cessera son activité au 1er janvier 2011 suite à la Réforme de la carte judiciaire.

File0529c copie

Probablement 1873 : le futur Palais de Justice en cours de construction.

" Le 3 novembre 1874 a eu lieu l’installation officielle du tribunal dans le Palais de Justice nouvellement construit. Ce fut une cérémonie mémorable ! L’ordre des avocats, la chambre des avoués, les membres du tribunal de première instance ont d’abord assisté à une messe célébrée par Monseigneur Turinaz, et, avec eux, une foule considérable parmi laquelle, le rapport officiel d’inauguration mentionne « plusieurs dames en grande toilette ». Après la bénédiction du bâtiment, discours nombreux et remplis d’éloquence." Monique Ghérardini

File0652 1

Aujourd'hui ce bâtiment est devenu la Maison de la Coopération Intercommunale ... mais c’est quoi l’intercommunalité ?

L’organisation administrative de la France est principalement un héritage de la Révolution et de Napoléon Ier. Le territoire national est divisé en départements administrés par des préfets. Chaque département comprend plusieurs arrondissements, eux-mêmes divisés en cantons. Enfin l’unité de base, pouvant avoir des tailles très différentes, est la commune.

On a ensuite rajouté un échelon qui est celui des Régions regroupant plusieurs départements. Enfin se sont développées les structures intercommunales et les nouvelles communes.

L’une des principales structures intercommunales est la Communauté de communes qui regroupe des communes en déléguant des compétences à la communauté afin de regrouper les compétences et les moyens. On peut aussi citer, à une échelle plus large, les Syndicats de Pays. La Maison de la Coopération Intercommunale accueille aussi des structures ayant des compétences plus spécifiques : Syndicat des eaux, de l’assainissement, Groupement Intercommunal de Développement agricole, etc.  Tout cela témoigne de la volonté de travailler ensemble à la construction sociale.

 

Reportage 8Mont Blanc pour l'inauguration du bâtiment en tant que Maison de la Coopération Intercommunale en juin 2013 :

 

P1190968

Inauguration du lutrin le 17 septembre 2016

 

 

2016 09 20 2