Les anciens cloîtres

Dimanche 13 décembre, à l'occasion de l'ouverture d'une Porte Sainte dans la cathédrale de Moûtiers pour l'Année jubilaire de la Miséricorde, un lutrin rapellera l'existence des cloîtres, la porte choisie étant celle qui permettait la communication entre les cloîtres et la cathédrale. 

 

P 13 4

 

Les anciens cloîtres

On ne peut pas parler d’une cathédrale comme d’un bâtiment isolé. La cathédrale est inséparable du palais archiépiscopal et du cloître. Le cloître est une construction sur un plan carré constitué d’un déambulatoire ouvert par des arcades sur un jardin intérieur, au centre duquel se trouve parfois un puits. On trouve des cloîtres dans l’enceinte des abbayes et monastères et accolés aux cathédrales. Cet espace permet la prière et la méditation des moines, religieux et chanoines. Le cloître de la cathédrale de Moûtiers, dont on retrouve quelques éléments encastrés dans un bâtiment, avait été reconstruit en 1703. Les cartes postales du début du 20ème siècle nous montrent le côté nord et une partie du côté ouest. Au fond, à l’est, le passage des cloîtres existe toujours. Quant à cette porte, elle permettait le passage entre le cloître et la cathédrale.

Plusieurs fois par jour, pendant plusieurs siècles, les chanoines ont donc franchi cette porte. L’histoire des chanoines de la cathédrale est complexe. On peut supposer que, dès le 5ème siècle, quelques prêtres ont entouré l’évêque, formant le « presbyterium», en tenant le rôle de conseillers et en assurant le service de la prière. Ce sont sans doute eux qui ont donné à la cité le nom de « monasterium » (monastère > Moûtiers), à cause des maisons dans lesquelles ils vivaient autour du cloître. Vers 1145, l’archevêque saint Pierre II de Tarentaise demande aux chanoines de suivre la règle de Saint-Augustin. Les nouveaux chanoines venaient alors du prieuré de Pralognan-la-Vanoise. En 1251, la réforme n’ayant pas donné les fruits attendus, l’on revient à un chapitre de 20 prêtres diocésains. En 1257, nouveau changement : Moûtiers va posséder deux chapitres. Un chapitre de chanoines réguliers en la cathédrale et un chapitre de séculiers en l’église paroissiale Sainte-Marie, construite en rive gauche sur l’actuelle place Aristide Briand. Enfin, en 1605, c’est Monseigneur Berliet qui va obtenir une bulle du pape Paul V qui réunifie les deux chapitres dans la cathédrale avec un total de 20 chanoines ; nombre qui sera diminué à une dizaine de chanoines après la Révolution.

Plan

P 13 1

Un cœur religieux et économique

L’histoire de cette place est complexe. Nous sommes probablement sur l’emplacement du forum romain (à l’extrémité du decumanus = Grande-Rue). Le forum était la place publique d'échange, le cœur commercial, social, administratif, religieux et politique de la cité. La christianisation, avec l’édification de la cathédrale, a donc transformé ce lieu en un espace religieux réservé aux chanoines. L’actuelle Rue du Pain de Mai s’est appelée Rue des Prêtres. La fin du 19ème siècle verra la construction d’un marché couvert sur le modèle des pavillons Baltard des anciennes halles de Paris. Après la Seconde Guerre mondiale, le règne de l’automobile s’imposant, le marché couvert sera démoli pour laisser place à un parking. Mais, deux matins par  semaine, le marché retrouve toute sa force d’acteur économique mais surtout de point de rencontre entre les habitants de la vallée.  

Benitier copie

Une porte gothique

La cathédrale de Moûtiers est riche de nombreux styles architecturaux. Lorsque l’on découvre le chevet (arrière de la cathédrale), il témoigne de l’art roman du 11ème siècle (il y a mille ans). La façade principale, quant à elle, est gothique (La date de 1461 et le nom du maître maçon : François Cirgat sont gravés sur une plaque murale). Cette porte du cloître est également de la période gothique puisque surmontée d’un arc en accolade. Le bénitier, à gauche de la porte, est marqué d’une inscription en grosses lettres gothiques carrées. C’est le nom d’un personnage mystérieux : Jehan de Garuande. Cette inscription est la seule trace de ce personnage.  Un jour peut-être, l’on saura quel fut son rôle.

Plan mono

2015 12 17 4

3 lutrins présentent la cathédrale : outre celui-ci, un lutrin présente l'ensemble du "groupe cathédral", et un lutrin est consacré au chevet roman donc à la partie millénaire de la cathédrale.