18 Mars - Octobre

«Le vent qui pousse les colonnes de feuilles mortes

Octobre, quand la vendange est faite dans le sang

Le vois-tu avec ses fumées, ses feux, qui emporte

Le Massacre des Innocents

Dans la neige du monde, dans l’hiver blanc, il porte

Des taches rouges où la colère s’élargit ;

Eustache de Saint-Pierre tendait les clefs des portes

Cinquante fils la mort les prit,

Cinquante qui chantaient dans l’échoppe et sur la plaine,

Cinquante sans méfaits, ils étaient fils de chez nous,

Cinquante aux regards plus droits dans les yeux de la haine

S’affaissèrent sur les genoux

Cinquante autres encore, notre Loire sanglante

Et Bordeaux pleure, et la France est droite dans son deuil.

Le ciel est vert, ses enfants criblés qui toujours chantent

Le Dieu des Justes les accueille

Ils ressusciteront vêtus de feu dans nos écoles

Arrachés aux bras de leurs enfants ils entendront

Avec la guerre, l’exil et la fausse parole

D’autres enfants dire leurs noms

Alors ils renaîtront à la fin de ce calvaire

Malgré l’Octobre vert qui vit cent corps se plier

Aux côtés de la Jeanne au visage de fer

Née de leur sang de fusillés».

Octobre est un poème de Pierre Seghers écrit en décembre 1941 en réaction aux représailles après la mort de Karl Hotz et à la mémoire des 50 fusillés du camp de Souge.

Le poème est publié sans signature en 1942 dans la revue littéraire suisse Traits créée par François Lachenal.

En 1943, il est publié sous le pseudonyme, "trouvé par Paul Éluard, de Louis Maste" dans L'Honneur des poètes, un recueil clandestin des Éditions de Minuit.

1 34

2 35

 

Pierre Seghers, né le 5 janvier 1906 dans le 16e arrondissement de Paris et mort le 4 novembre 1987 à Créteil, est un poète, éditeur et résistant français. Il est le plus célèbre éditeur français de poésie, créateur en 1944 de la collection Poètes d'aujourd'hui. Résistant de la première heure, il fut proche de Louis Aragon, Paul Éluard, Robert Desnos et René Char.